mardi

Les Castagnoles

Mardi gras c'est le jour des beignets.
Cette année mes premiers beignets viennent d’Italie. Les Castagnoles sont des petits beignets qui ressemblent à des petites châtaignes (castagne en italien). 
N’imaginez pas que ces petits beignets ressemblent à nos pets de nonnes qui eux sont moelleux, le goût et la texture n’ont aucun rapport.





Ingrédients
250 g farine
2 œufs entiers
50 g sucre
40 g de beurre
1/2 sachet de levure chimique
1 sachet de vanille
l'écorce râpée de demi citron
1 CAS de liqueur d'anis (pastis)
1 pincée de sel
huile pour frire
Procédure

Mélanger la farine avec le sucre, la vanille, le sel, l'écorce de citron et la levure chimique. Pétrir le tout avec les œufs, le pastis et le beurre mou jusqu'à obtenir une pâte souple mais pas collante. Vous couvrez avec pellicule transparente et au frigo pour environ 1/2 heure.
Travailler la pâte, puis former des cylindres de 2cm de diamètre. Puis vous coupez en petit morceaux afin de faire ses petites boulettes de pâtes. Ils doivent avoir la grosseur d'un gnocchi. J'ai testé la grosseur d'une bille et je préfère car ils grossissent en cuisant.
Les faire frire et puis les déposer sur du papier absorbant et les passer dans le sucre en poudre ou du sucre glace.
Ça change vraiment de nos beignets, mais je préfère les oreillettes 

Important : cette recette je l'ai trouvé sur internet il y a plus d'un an. Je n'arrive pas à retrouver le site d'origine... Si c'est la vôtre, vous pouvez me contacter. 

Les ID'@ngelique

vendredi

Les alouettes en sauce tomate

Ce sont des alouettes sans tête… si tu n’es pas provençal tu ne connais peut-être pas. Mais Wikipédia est là pour nous aider, avant c’était Larousse « Les alouettes sans tête sont des paupiettes de bœuf ou de veau. Ce mets provençal, très populaire (paquetoun de biou) se compose d'un hachis, emballé dans une mince tranche de viande, et cuit dans une sauce où entrent du vin, des champignons, des herbes de Provence et des tomates. Il se retrouve quasiment à l'identique en Belgique sous la dénomination oiseau sans tête, où le vin est remplacé par de la bière. ».

Je n’ai jamais entendu parler des 
alouettes sans tête de veau. La mienne sont avec du bœuf et une farce de petit salé d’ail et persil. Je ne connais pas d’autre façon de les faire. A Marseille la plupart des boucheries les préparent et chacune à sa propre recette. Pour éviter les mauvaises surprises, le plus simple c’est de les faire.
Ce n’est pas très compliqué, ça prend juste un petit peu de temps.

Pour cette recette il vous faudra des tranches de bœuf fine, attention pas du carpaccio. Il faut avoir une belle part de bœuf dans l’alouette, et il faut qu’elle tienne la cuisson.
Quelques fois j’en trouve déjà tranché dans le paleron ou autre morceau de viande.
Mais là impossible d’en trouver, du coup c’est mon homme qui s’est plus ou moins débrouillé pour me couper des tranches et moi j’ai fait le reste.

Pour mes huit alouettes j’ai mis 2 tranches de lard fumé et deux tranches de lard nature
Couper le lard en tout petit morceaux en enlevant la couenne.

Ajouter généreusement l’ail et le persil

Mettre dans chaque tranche de bœuf une belle cuillère à soupe de farce.

Et maintenant il faut se débrouiller de faire un petit paquet, il faut le ficeler et mettre de côté.   

Quand vos alouettes sont prêtes, il faut les préparer en sauce tomate.
Donc faire revenir de l’oignon dans de l’huile, puis ajouter les alouettes et les faire colorer. Il me restait des petits morceaux de viande et de farce, je les ai ajouté dans la sauce.
Ajouter un coulis de tomates votre sel poivre et herbes de Provence.
Laisser cuire tout doucement avec un couvercle une bonne heure.

Le mieux c’est de préparer ce plat la veille et de le servir avec des bonnes pâtes. 


Bon appétit !
Les ID'@ngelique

mercredi

Poêlés de poireau pomme de terre et saucisses




Ce midi j’ai entendu une recette similaire sur TF1 petit plat en équilibre. La recette va très vite donc je n’ai retenu que le principal à savoir des poireaux de pomme de terre et de la saucisse.

Ça tombe bien j’ai deux saucisses de Strasbourg, trois petites saucisses fumées et deux poireaux dans mon frigo.








C’est parti pour une nouvelle recette !

Les ingrédients :
Des saucisses
Des poireaux
Des pommes de terre
Un oignon
Du beurre et de l’huile
Du sel et du poivre

Préparer les légumes, couper l’oignon et les poireaux en lamelles, laver bien les poireaux. Éplucher et couper les pommes de terre en morceaux
Faire revenir l’oignon dans du beurre et de l’huile quand il est translucide ajouter les poireaux.
Si les saucisses sont crues les faire revenir avec les oignons.
Ajouter les pommes de terre et les saucisses si vous ne l’avez pas fait avant.
Saler poivrer et ajouter des herbes.
Mouiller les pommes de terre à mi-hauteur et laisser cuire à petit feu le temps qu’elles soient cuites.
Servir chaud avec de la moutarde en grain.

Option vous pouvez mettre du vin blanc ou du bouillon à la place de l’eau.

Les ID'@ngelique

lundi

Ficelle de seigle au levain


La définition de la ficelle sur Wikipédia est que « c’est une variété de pain français, qualifiée de « petite sœur » de la baguette, en raison de son poids correspondant à celui d'une demi-baguette, soit environ 100 g, et de sa forme fine et allongée. »
Je trouve que ça colle bien !

Je vous ai écrit la recette des baguettes au levain sur le même principe j’ai voulu tester avec de la farine de seigle et un petit peu plus fine.
Donc avec ma pâte au lieu de faire 3 baguettes j’en ai fait 4, plus allongée donc plus fines.




La recette :

-          250g de farine de seigle
-          250g de farine T55
-          100g de levain
-          2 cuillère à café de sel (pas de cuillère à dessert)
-          + de 200ml d’eau

Mélanger les deux farines et le sel, ajouter 200 ml d’eau et pétrir quelques secondes.
Ajouter le levain et laisser pétrir le temps que votre pate se transforme en une « boule ».
En fonction de la farine du temps et de la musique il faudra certainement ajouter de l’eau pour que votre pâte prenne une forme compacte.
L’eau c’est à l’œil et au touché, la pâte doit être souple mais pas collante, trouver le juste milieu.
Une fois que c’est bon couvrir votre bol d’un torchon mouillé et laisser reposer 2h.
Au bout de ce temps travailler votre pâte sur le plan de travail.
Plier là plusieurs fois et dans plusieurs sens.
Diviser votre pâte en 4 et former des baguettes fines et longues, mais attention il faut qu’elles rentrent dans votre four !
Les déposer sur votre plaque et les couvrir d’un torchon mouillé.
Laisser pousser 2h, puis allumer votre four à 230°C en mettant une plaque dans le fond du four.
Quand votre four est bien chaud, faire des entailles dans vos baguettes avec un cutter.
Verser un verre d’eau dans le fond de votre plaque qui est au fond du four.
Enfourner immédiatement votre pain pour 15 minutes ou un petit peu moins c’est en fonction de votre four.

J’ai adoré ces petites ficelles au petit déjeuner, toasté avec un bon beurre. Le seigle change de la farine et donne un goût original à votre pain. En plus c’est meilleur pour la santé !


Prochain test… le pain avec de la farine de sarrasin…  

Les ID'@ngelique


samedi

Flageolets & carottes

La boite de conserve est bien pratique lorsque tu réalises que tu as passé la journée à tricoter et que tu as légèrement oublié de prévoir le repas du soir…

Quand tu es comme moi tête en l’air, et qu’il faut que tu apprennes à cuisiner en 30 minutes les pâtes sont tes meilleures amies !

Mais il n’y a pas que les pâtes dans la vie… il y a les légumes… par choix je cuisine des légumes frais, des légumes congelés et en dernier recours ou par habitude je cuisine des boites de conserve.
Le problème des boites c’est qu’il faut savoir comment les cuisiner… car non la boite ne se sert pas nature elle se prépare !

Celle que je fais le plus souvent c’est la boite de petits pois, à laquelle j’ajoute oignons, carottes, pommes de terre et des lardons.
Aujourd’hui ce n’est pas des petits pois que je vais vous parler, c’est des flageolets.
J’adore les flageolets, et pourtant je les cuisine une fois par an…
Déjà en dehors de la boite de flageolets je n’ai jamais essayé de les acheter d’une autre façon... et vous ?
En plus j’ai grandi avec l’image : flageolets = gigot d’agneau = Pâques.
Je suis sortie de la tradition et j’ai testé les flageolets avec un steak grillé… tout le monde a aimé même mon grand blond…

Ma recette de flageolets et carottes :

1 grosse boite de flageolets
5 carottes
1 oignon
Beurre
Sel et poivre

Éplucher et couper les carottes en rondelle.
Éplucher et émincer l’oignon.
Égoutter rapidement les flageolets sans les rincer, réserver de côté.
Dans une sauteuse mettre l’oignon du beurre laisser prendre quelques secondes, puis ajouter les carottes.

Cuire doucement le temps que les légumes prennent des couleurs.
Ajouter les flageolets de l’eau du sel et du poivre.

Laisser mijoter afin de permettre aux carottes de cuire.

Les ID'@ngelique

jeudi

Baguettes au levain

Après avoir fait mon levain, il fallait bien le tester. Si vous avez lu mes folles aventures des derniers jours vous savez qu’il me fallut trois tests pour réussir ma baguette de pain. Si vous n'êtes pas un fidèle lecteur vous pouvez lire la naissance de mon levain sur ce lien Levain 

1er test

Pour ma première baguette j’ai mis 250g de farine T55 100ml d’eau, 50g de levain et un tout petit peu de sel. Le tout au petrin, puis en repos, puis en forme et encore un repos….
La pâte était plutôt difficile voir sèche.
Cuisson et le résultat était bon mais pas le résultat attendu que je vois sur de merveilleuse photo. Au niveau du goût il était très bon pour un pain sans sel…
Je me suis dit qu’il fallait peut-être que je sois plus rigoureuse dans ma préparation.

Ceci dit la baguette est partie très rapidement pour le plus grand plaisir de mes hommes !





2ème test
Pour ma deuxième baguette, plus sûre de moi j’ai testé pour 500g de farine en suivant la recette de oups la gourmande
Donc pour 500g de farine T55 j’ai mis 325 g d’eau 100g de levain et 2 cuillère à café de sel attention pas une petite cuillère !!
J’ai suivi ses recommandations à savoir par exemple mélanger d’abord la farine et l’eau laisser reposer puis ajouter le levain…. Bla bla bla
Au final mes baguettes étaient bonnes mais à l’inverse de ma première recette, la pâte était trop souple trop coulante collante, pas de forme.
Mais au final ces baguettes sont parties très rapidement et je pense avoir trouvé la bonne dose pour le sel.




3ème test
Ma troisième recette est celle que je vais garder.
Dans ma cuve j’ai mis 500g de farine T55 mes deux cuillères à café rases de sel. Je mélange avec une cuillère à soupe. J’ajoute 200ml d’eau température normale du robinet, je lance mon robot histoire de ne pas verser mon levain direct sur l’eau.
Donc après quelques tours j’ajoute 100g de levain. Comme il est assez liquide il y en a toujours plus de 100g mais ce n’est pas bien grave.
Maintenant je laisse tourner et je surveille ma pâte je l’arrête de temps en temps pour la toucher, et c’est là le plus difficile car j’ajoute de l’eau sans la mesurer c’est au touché et par petite dose. Le résultat doit être une pâte non collante, mais souple.
3ème test
Quand elle est comme ça je la laisse dans le bol et j’ajoute un torchon que j’ai mouillé.
Ma pâte repose 1h ou 2h.
Au bout de ce temps elle n’a pas doublé de volume mais elle a bien travaillé. Je la pose sur mon plan de travail et je l’écrase avec mon rouleau. Je la plie dans un sens puis dans l’autre, j’écrase à nouveau je retourne et je plie à nouveau.
Je fais ça dans un sens et puis dans l’autre, l’essentiel est de lui donner quelques plis.
Je divise en trois ma boule et je forme 3 baguettes.
Je couvre de mon torchon mouillé et je laisse encore reposer 1h ou 2h, je ne tiens pas vraiment compte du temps qu’il passe.
Quand je vois que ma pâte a réagi j’allume mon four à 230°C en laissant une plaque en bas.
Quand il est chaud j’entaille mes baguettes avec un cutter n’hésitez pas à couper !
Je verse un bon verre d’eau sur la plaque et j’enfourne vite mon pain.
J’ai mis 11 minutes histoire de voir le résultat et c’était parfait !
Quand j’ai sorti mes 3 baguettes j’ai exécuté la danse de la victoire tellement j’étais fière de mes baguettes !


Bientôt je vous livre ma recette des ficelles au seigle et au levain !  

Les ID'@ngelique

mercredi

La vie trépidente de mon levain

Si vous avez lu  la naissance de mon levain , vous attendez avec impatience la suite... c'est parti ! 

Une fois que mon levain était prêt j’ai testé une recette de baguette juste 250g de farine pour éviter de faire trop de gaspillage en cas de ratage… j’avoue très pessimiste au début de cette aventure.
Ma baguette étant cuite, je suis tombée sur mes fesses, ce n’était pas la baguette du siècle, mais un très bon test d’autant que je me suis plantée sur l’eau et le sel ! et je n’ai suivi aucune recette.
Mon deuxième test j’ai suivi à la lettre les consignes de oups la gourmande
Enfin à la lettre c’est un bien grand mot, ma farine était de la T55 et je n’ai pas mis de levure, pourquoi ? parce que ou je fais mon pain au levain ou je le fais à la levure. Je trouve que cela n’a aucun intérêt de faire un mélange. Même si ce mélange reste un grain de sable dans un océan.
Cette recette est plutôt liquide, la pâte s’étale, difficile de lui donner une belle forme… enfin au final j’ai décidé que le prochain test serait un mélange entre mes deux essais !

Pour en revenir à mon levain, il a très bien résisté à mon premier test, pour le deuxième j’ai racler les bords pour avoir mes 100g de levain…
Du coup plus de levain… Que faire ? tout recommencer…
Bien décidé à devenir une vraie boulangère j’ai mélangé 50g de farine de seigle + 50g d’eau et une ½ cuillère à café de miel. J’ai versé le tout dans mon pot qui contenait mon premier levain et encore les traces de son existence puisque je n’ai pas lavé le pot !
La magie a opéré, et docteur ID’@ngelique a sauvé le petit levain car le lendemain il y avait déjà plein de bulle et cette bonne odeur (moi j’aime bien).
En ce moment je nourris mon bébé avec 100g de farine et 100g d’eau.


Maintenant je suppose que vous voulez la recette de mes baguettes ? ce sera pour demain 

Les ID'@ngelique

mardi

Mon premier levain

J’ai souvent lu sur internet des articles sur le levain. J’avoue que je n’ai jamais été curieuse de savoir comment c’était fait. Jusqu’au jour ou sur Facebook une fille présente une photo d’un pot avec un truc bizarre et nous dit qu’il est vivant… là j’avoue qu’elle a piqué ma curiosité… du vivant en cuisine… Étrange la mode serait plutôt du non vivant du style pas de viande…. est-ce une nouvelle bébête qui va nettoyer toute ma cuisine ??
Ou une bébête qui se mange… ça me fait penser à Java, ils se régalent avec des sauterelles...Pas de beurk, après tout nous mangeons les escargots les grenouilles et même le petit veau qui vient de naître… ;-)


Revenons à notre levain,  il est vivant… il faut le nourrir… il réagit… donc il ne reste plus qu’à se lancer dans l’élevage de ce petit bonhomme…
Je me mets à lire deux trois articles sur le levain pour essayer d'en savoir plus. La première chose qui retient mon attention, c’est qu'il pousse vite en très peu de temps certains se retrouvent à le sécher pour le conserver… donc prudente je veux bien faire un test mais pas me retrouver entourée de cette bébète qui coule dans tous mes placards… d’autant que je ne compte pas faire du pain tous les jours... faut pas abuser !
Attention le levain ça se prépare sur plusieurs jours, n’imagine pas faire ton pain aujourd’hui… un peu de patience… et si ton homme est comme le mien c'est compliqué de lui faire comprendre qu'il doit attendre mon manger mon pain!
Mon premier test a été très modeste pour éviter le gaspillage, car j’avoue que je n’y croyais pas trop à cette histoire… ma source est ici : oups la gourmande

J’ai lu que la farine de seigle c’était une sorte de vitamine, un vrai carburant pour le levain, certaines personnes en mettent à chaque fois. Personnellement j’ai commencé avec de la farine normale et j’ai mis de la farine de seigle le 2ème ou le 3ème jour, maintenant j'alterne entre la farine normale 1er prix et la farine de seigle BIO
Petit conseil avant de commencer prévoir un pot à confiture un peu grand à la place du bol, mais surtout penser à peser votre pot avant de commencer et noter le pot. Vous en aurez besoin après le 4ème jour puisqu’il faudra peser votre levain.

JOUR 1 : Mettre dans un bol 5 g de farine + 5g d’eau + 1 g de miel (une demi cuillère à café attention ne pas confondre cuillère à café et petite cuillère). Bien mélanger ça fait une pate plutôt souple.
Poser une petite assiette sur votre bol et laisser fermenter.

JOUR 2 : Dans un bol mélanger 8g de farine + 8g d’eau + 1g de miel. Ajouter ce mélange à votre préparation du 1er jour.

Plus besoin de miel à partir de maintenant !

JOUR 3 : Dans un bol mélanger 16g de farine + 16g de farine. Ajouter ce mélange à votre préparation du 1er jour

JOUR 4 : En théorie il doit déjà y avoir une odeur de vin blanc et des petites bulles… il est vivant… là il faut mélanger 20g de farine + 20g d’eau et l’ajouter à ton petit levain pour qu’il mange !

A partir de là ton levain est prêt, attention il faut le nourrir régulièrement tous les 3 jours. Comment ? c’est très simple si ton levain pèse 100g, tu lui prépareras 25g de farine + 25g d’eau.
Pour savoir combien pèse ton levain, pose le pot sur ta balance déduit le poids du pot et hop le tour est joué !

J’ai testé ce levain dans des baguettes de pain et j’avoue que le résultat m’a laissé stupéfaite. Mon pain est nettement mieux qu’avec la levure, pourtant c’est de la bonne levure que j’ai.
Le seul problème c’est qu’après deux utilisations je n’avais plus de levain… il a fallu pratiquement tout recommencer… mais la suite c’est pour demain   

Les ID'@ngelique 

dimanche

Salade de chou made in Les ID’@ngelique

Un chou 3 recettes.
Après la recette de la potée de chou et la poêlée de chou et pommes de terre je vous propose de finir la série du chou par une salade.

Si vous avez suivi l’histoire de mon chou vous savez qu’il m’en reste 1/4 !
Je n’avais plus d’idée et je voulais changer complètement alors autant partir sur du frais pour mon repas de midi.
Chou râpé… quoi d’autre ? une pomme pour le côté doux, du bacon pour le côté tiéde, un œuf pour le côté gourmand, une carotte pour la couleur…


¼ de chou émincé très fin à la mandoline
1 ou deux carottes râpées à la grosse grille
Une pomme râpée à la grosse grille
Du bacon poêlé
Une cuillère à soupe de poudre de fruits sec

Pour la sauce :
Une vinaigrette avec une bonne dose de moutarde en grain et des anchois réduits en purée au pilon  

Vous disposez dans un saladier le chou les carottes la pomme le bacon.
Vous ajoutez la vinaigrette, et vous mélangez.
Saupoudrez de poudre de fruit sec et disposez l’œuf cuit 

samedi

Poêlée de chou pommes de terre et saucisses

Un chou 3 recettes.



Hier c’était la recette de la potée de chouaujourd’hui c’est la poêlée de pomme de terre au chou que j’ai trouvé sur poêlée de pommes de terre sautées et chou




Pour 4 personnes il vous faudra :
¼ de chou vert lisse
1kg de pomme de terre
200g de lardons fumés
4 saucisses de Francfort
1 oignon
Du beurre

Faire cuire vos pommes de terre épluchées, mais entière dans de l’eau bouillante salée.
Émincer votre chou et le blanchir dans de l’eau bouillante ??
Il faut plonger le chou dans une marmite d’eau bouillante salée et laisser cuire quelques minutes, puis égoutter.
Pourquoi blanchir le chou ? apparemment ça le rend plus digeste.
Quand les pommes de terre sont cuites les couper en petit morceaux.
Dans une sauteuse, mettre les lardons et l’oignon à cuire.
Puis ajouter le chou et les pommes de terre et du beurre et les saucisses de francfort.

Laisser cuire doucement tous les ingrédients.

Demain la recette de ma Salade au chou made in Les ID'@ngelique

vendredi

Soupe ou potée au chou

Un chou trois recettes…
J’ai acheté un beau chou vert lisse, pour trois personnes ça fait beaucoup.
Du coup avec un chou j’ai fait trois recettes complètement différentes et très bonnes.
Après avoir cherché j’ai trouvé sur Papilles et pupilles deux recettes qui m’ont inspirée.
La dernière recette est sortie de mon imagination et surtout des ingrédients que j’avais dans mon frigo « Salade de chou made in Les ID’@ngelique »


C’est parti pour la potée de chou pour 6 personnes

½ chou vert lisse
6 saucisses fumées
6 saucisses de Francfort (option)
6 carottes
6 pommes de terre
4 verts de poireaux
Thym
Poivre 3 baies
Sel

Emincer votre chou en lanières.
Eplucher laver et couper tous les légumes en morceaux plus ou moins gros en fonction de vos goûts.
Dans une marmite, mettre le chou, les poireaux, les carottes, les pommes de terre les saucisse le persil.
Ajouter l’eau afin de tout couvrir.
N'oubliez pas de saler poivrer et de déposer le thym dessus.
Mettre à cuire à petit feu et laisser cuire doucement un bon moment. Ma soupe a cuit plus d’une heure.
Je l’ai laissé refroidir puis mise au frigo, nous l’avons mangé le lendemain.
J’ai ajouté des saucisses de Francfort le lendemain en réchauffant ma potée
Servir bien chaud avec une bonne bière blonde.
La moitié de ma soupe est partie au congélateur puisque nous sommes que trois.


Option : je pense que vous pouvez enrichir votre soupe avec du petit salé, du jarret…  


Demain la recette de la poêlée de chou et pommes de terre.

Les ID'@ngelique

mercredi

Magdalenas

ou Madeleines Espagnoles

Est-ce que l’on peut dire que l’on a copié une recette lorsque le résultat final n’est pas identique ?
J’ai trouvé cette recette sur un groupe FB, l’originale est sur La main à la pâte

J’ai donc recopié cette recette, peut-être pas à la lettre et c’est certainement pour ça que mes petits gâteaux même s’ils sont très beaux et bons n’ont pas le même aspect !
En cuisine nous savons tous qu’une recette peut être recopiée des millions de fois et le résultat sera toujours différent, mais très ressemblant !

J’ai réussi à faire 17 madeleines, car je n’ai pas rempli mes petits moules au ¾ comme c’est indiqué dans la recette. Une bonne cuillère à soupe par caissette et c’était suffisant. Mais du coup ça fait moins l’effet montagne…

Deuxième différence, je n’avais pas de citron BIO, alors j’ai testé ma poudre de perlimpinpin d’orange.

Troisième différence, je n’aime pas perdre de temps alors j’ai tout mis dans mon mixeur en commençant par :
- 2 œufs
- 125g de sucre
- 50g de crème liquide 5%
- 125g d’huile de tournesol
- 175g de farine
- ½ cuillère à café de poudre d'orange (la recette est ici)
- 1 sachet de levure chimique (ça m’énerve de mettre ½)

Une fois que votre pâte est prête, mettre une bonne cuillère à soupe dans chaque caissette pour moi 17.

avant cuisson
Faire cuire entre 12 et 15 minutes à 210°C.  


Verdict : je pense que nous avons un magicien car elles ont disparu en quelques minutes… Peut-être l’effet du perlimpinpin

Les ID'@ngelique

lundi

Bonnet rasta et écharpe queue de dragon

J’avais envie de changer de style de bonnet, l’idée du bonnet rasta m’a tenté. Après quelques recherches je suis tombée  Trésors au fond du placard et son tuto Bonnet Rasta au tricot

J’ai suivi son tuto mais ma laine ne devait pas être adaptée à ces dimensions. Du coup j’ai commencé… démonté… tricoté… recommencé… tout ça au moins 4 fois… pas très douée la fille…
Tout ça pour au final avoir les bonnes dimensions et me dire bof ça ne me va pas trop… lol
Peut-être que le style rasta n’est plus de mon âge, ou qu’il ne va pas avec la forme de mon visage… va savoir…
Dernièrement un ami m’a dit que je n’avais pas la forme d’un visage pour porter de grosses lunettes et encore moins rondes.
Personnellement je pense que l’on peut porter ce que l’on veut, le ridicule ne tue pas et j’adore mettre des grosses lunettes voyantes.
Christina aurait certainement dit « Ma chérie…blablabla » et moi je dis que lorsque je porte un truc que j’aime j’envoie une image heureuse de moi !

Mais revenons à ce bonnet vous voulez le tuto ? mon tuto ?
J’ai utilisé des aiguilles circulaires N°4,5 laine Plassard multico colori 1807, la pelote de 100g était à 1,90€ à Cultura dans le coin des affaires. J’ai utilisé une pelote pour le bonnet et deux pour l’écharpe, il m’en reste une, je ne sais pas encore si je vais tester un nouveau bonnet ou des mitaines.

Ce bonnet se tricote en tournant en rond, donc pas de couture à la fin.
N’oubliez pas de mettre un repère entre la première et la dernière maille !

Vous montez 100 mailles sur vos aiguilles circulaires, puis vous tricotez 11 rangs en côtes 1/1 (4cm).

Le 12ème rang, tricotez toutes les mailles à l’endroit en ajoutant 68 mailles.
Vous avez maintenant 168 mailles.
Le 13ème rang vous commencez par 2 mailles endroit, 2 mailles envers ainsi de suite en finissant votre tour par 2 mailles envers.
14ème rang vous commencez par 1 maille endroit, 2 mailles envers, *2 mailles endroit, 2 mailles envers* répéter de *à* en finissant votre tour par 1 maille endroit.
Le 15ème rang et tous les rangs impairs se tricotent comme le 13ème rang.
Le 16ème rang et tous les rangs pairs se tricotent comme le 14ème rang.


A 20 cm de hauteur totale tricotez les mailles 2 par 2, en côte 1/1. Vous avez maintenant 84 mailles.
-          Le rang suivant se tricote simplement comme les mailles se présentent.
-          Un rang 2 mailles par 2 à l’endroit vous obtenez 42 mailles
-          Un rang à l’endroit
-          Un rang 2 mailles par 2 à l’endroit vous obtenez 21 mailles
-          Un rang à l’endroit
-          Un rang 2 mailles par 2 à l’endroit vous obtenez 11 mailles
Fermez votre rond en passant votre fil dans les mailles et tirez pour bien fermer le cercle.




Les ID’@ngelique